Administrateur

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Accueil Herault

1. La réutilisation des eaux usées (REUSE)

La réutilisation des eaux usées épurées (REUSE) consiste à collecter l’eau en sortie de station d’épuration et avant rejet dans le milieu naturel (voir la fiche Réutilisation des eaux usées épurées réalisée par "A propos" en 2009). Après un éventuel stockage, elle peut ainsi avoir une « seconde vie » pour satisfaire des usages ne nécessitant pas une eau potable. L'arrêté du 2 août 2010 définit quatre catégories d’eaux traitées dont le niveau de qualité sanitaire conditionne l'usage . Par exemple, le maraîchage et les espaces ouverts au public nécessitent une eau de qualité très élevée. 

Le cadre réglementaire est à l'origine relativement contraignant pour le développement de tels projets : toute demande d'utilisation d'eaux usées doit être soumise à l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses). 

L'arrêté interministériel du 25 juin 2014 modifie l'arrêté du 2 août 2010 relatif à l'utilisation d'eaux issues du traitement d'épuration des eaux résiduaires urbaines pour l'irrigation de cultures ou d'espaces verts. Le nouvel arrêté prévoit entre autres de "supprimer le dossier de demande d'expérimentation pour les systèmes d'irrigation ou d'arrosage par aspersion", le remplaçant par des prescriptions techniques particulières. Le texte précise notamment les prescriptions techniques relatives à la conception et à la gestion du réseau de distribution et au stockage des eaux usées traitées. Enfin, des panneaux devront "être installés de manière à informer le public de l'utilisation d'eaux usées traitées" à l'entrée des espaces verts.

Ce texte assouplit les conditions de réutilisation de ces eaux pour l'arrosage et pourrait faciliter l'émergence de projets.

REUSE

Ainsi dans  l'Hérault, des opérations de reutilisation pourraient se développer plus particulièrement dans des stations littorales, là où les enjeux sont les plus importants et où la distance entre la station d’épuration et les points d’usage est plus réduite que dans le milieu rural et donc moins coûteuse en investissements.